Femmes leaders pour une gouvernance inclusive en Tunisie

Tuniis_Aug_2019_6

Dans le cadre de la 7ème session de l’Académie politique, composée d’adhérentes de plusieurs partis politique et des indépendantes, organisée en partenariat entre le Forum des Fédérations et le CREDIF, une rencontre a été organisée entre les 22 femmes candidates aux élections législatives qui ont bénéficié de 7 sessions de formations et trois femmes leaders en Tunisie : Chaima Bouhlel, ex-présidente de Al Bawsala, Neila Chaabane, Professeur de droit, doyenne de la Faculté des sciences juridiques, politiques et sociales de Tunis.et ancienne secrétaire d’État chargée des Affaires de la femme, de la Famille, de l’Enfance et des séniors, Emna Aouadi, membre du bureau syndical de l’UGTT (Union générale tunisienne du travail).

Chacune des trois femmes leaders a partagé son expérience et les obstacles qu’elle a rencontrés dans son parcours pour devenir une femme leader. Des parcours variés et des expériences qui se distinguent de par les défis et les obstacles parcourus. Leurs témoignages ont permis aux femmes candidates d’être davantage confiantes.

S’appuyant sur son parcours en tant que Sécrétaire d’Etat au Ministère de la Femme, Neila Chaabane a mis en avant l’importance de rester fidèle à ses principes et ses valeurs : « le pouvoir est une grande responsabilité…il ne faut jamais promettre quelque chose que vous ne pouvez pas réaliser ». Parmi les principaux messages exprimés, Neila Chaabane a également souligné les bienfaits de l’empathie pour l’entourage et l’importance de s’entourer d’une équipe compétente.

Emna Aloui, avec plus de 25 ans d’expérience dans le syndicalisme et le militantisme, a souligné la nécessité d’être à l’écoute de sa base, et que les relations ne doivent pas être occasionnelles. Il faut comprendre les règles du jeu, les combines utilisées dans les coulisses et composer avec ces facteurs afin de pouvoir s’imposer et occuper des postes de pouvoir.

Chaima Bouhlel est revenue sur les débuts de son parcours, partageant avec les participantes ses appréhensions quant aux interventions médiatiques, appréhendant qu’en tant que femme, elle soit interpellée sur des sujets qui relèvent de sa vie privée ou qui sortent du cadre de son parcours professionnel et de sa carrière. Chaima Bouhlel a également partagé avec les participants les obstacles qu’elle a rencontré, soulignant l’importance de rester soi-même pour pouvoir défendre ses idées.

Le message clé de cette rencontre est que la politique est accessible mais comme toutes ambitions, elle nécessite des sacrifices. Les trois leaders ont insisté sur l’importance de rester fidèle à soi, à ses convictions et à ses principes, pour pouvoir défendre ses idées et convaincre son public.

Mme Leila Haouaoui a rappelé l’objectif de l’Académie politique, et l’importance pour les participantes d’appliquer les acquis des différentes sessions chacune dans leur rôle. Elle a clôturé par l’inspirante citation de Françoise Giroud : « La femme sera vraiment l’égal de l’homme le jour où, à un poste important, on désignerait une femme incompétente »